rebouteux.fr

Développement personnel

Vivre ses rêves

La plupart des gens croient que leurs rêves deviennent impossibles à chaque fois qu’ils avancent dans l’age. Ils mettent inutilement fin à leurs rêves, qui peuvent changer leur vie, leur entourage, et même parfois le monde. Pour cette raison, j’ai choisi de vous parler d’une vraie histoire. D’un homme à la quarantaine, qui a choisi de repartir à zéro, parce qu’il croyait que c’est toujours possible. Cette histoire va vous inspirer, et vous convaincra de ne plus jamais dire jamais !

Satisfait et heureux de son nouveau métier

Un jour, un américain nommé « Wallace Johnson » a décidé de rejoindre un grand atelier de scierie. Il était si heureux de son nouveau métier, qu’il passa des années entières dans cet atelier sans vouloir chercher un autre travail. Il était un homme fort, motivé, et capable de réaliser les travaux difficiles, et grossiers de son métier sans aucun souci.

Un évènement inattendu

Quand il a grandi jusqu’à atteindre l’âge de quarante ans, il a été surpris par son patron de travail, lui informant qu’il a été expulsé du travail, et qu’il doit quitter l’atelier immédiatement sans jamais y remettre les pieds. Il a été si malheureux, comment l’atelier où il a servi presque toute sa vie pourrait-il se débarrasser de lui si facilement ?

A ce moment-là, le jeune homme est sorti dans la rue sans savoir la raison pour laquelle il a été expulsé. il se sentait sans espoir successif, pensant à son travail sérieux inutile, au fils des années qui a passé dans cet atelier. Blessé profondément, sentant le regret, et le désespoir, il se sentait perdu.

Une question cruciale

Il ne savait plus quoi faire. Il n’avait aucune autre source d’argent. Il ne vivait lui et sa femme, qu’avec cette somme d’argent. Il pensait pendant toute la route comment l’annoncer à sa femme ?

Une fois arrivé à la maison, il lui avait expliqué ce qui s’est passé. Sa femme lui posa une question cruciale, à qu’il ne s’attendait pas. « Qu’allons-nous faire maintenant ? ». C’est ainsi qu’il pensa à hypothéquer sa maison, puis investir cet argent sur la construction de maison.